SECTION SCIENCES ECONOMIQUES

 

Menu Section Sciences Economiques

| Mathématiques financières| | Economie générale | | Economie et organisation des entreprises
Statistiques| | Droit| | Comptabilité|Ressources Room|

Economie générale

Session Exceptionnelle de Juin 1999

Document n° I

Le marché marocain de la chocolaterie - confiserie est porteur et concurrentiel, révèle une étude récente (mars 1998) élaborée par le Ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat. Pourtant, le taux d'utilisation de la capacité globale installée atteint à peine 17,62 %. Une sous-utilisation due à l'insuffisance de la demande et à l'importance du coût de production, (en raison de la taxation douanière élevée).

La caractéristique de cette industrie est la concentration des unités de production à Casablanca. En effet, 15 entreprises sur les 21 existantes sont implantées dans cette ville. Elles produisent à elles seules plus de 97 % de la production totale. Par ailleurs, l'étude sectorielle du ministère précise que 88 % de la production nationale est le fait de 5 sociétés: EBBO MAROC, CONFISERIE PASTOR FRERES , CHERIFIENNE DE CHOCOLATERIE, MARGHREB INDUSTRIES et CLARK CUM COMPANY MOROCCO.

Autres caractéristique du secteur: une consommation cyclique ..La demande grimpe au cours des fêtes de fin d'années. Pendant cette période, les industriels réalisent environ 80 % de leur chiffre d'affaires, avec un pic de 40% pour les deux semaines entourant Noël et le jour de l'an. Malgré cela, les professionnels. s'accordent à dire que la demande demeure insignifiante.

L'étude du ministère signale que le secteur est perturbé par une forte contrebande.

Source: La Vie Economique du 3.4.1998

1er Travail à faire:

1) Dégager du texte les caractéristiques du marché marocain de la chocolaterie -confiserie.

2) Préciser le régime de marché de la chocolaterie au Maroc. Justifier:

3) En quoi la contrebande fausse-t-elle le jeu du marché?

Document n° 2

-Taxes sur les prix à la consommation;

-Oligopole de guerre;

-Libre accès à un souk hebdomadaire de bétail;

-Libéralisation du prix du sucre et du thé.

-Subventions des prix par l'Etat;

-Fixation des prix par l'Office National d’Electricité.

-Publicité et promotion de ventes.

-Oligopole de paix.

2ème Travail à faire:

1) Classer ces propos en situations favorisant la libre concurrence et ceux qui la limitent.

Document n° 3

Les risques d’une hausse inflationniste

Les prix de vente de base des produits pétroliers flambent. De 3,2 % d'augmentation dans le cas du prix du .gasoil à 10,4 % pour le fuel industriel, cette hausse généralisée risque de faire échauffer les prix à la consommation.

Elle risque de constituer un nouveau coup dur au pouvoir d'achat qui reste très faible, malgré la maîtrise du taux d'inflation, depuis plusieurs années. Ce taux a atteint, le niveau jamais enregistré, de 1 % en 1997. Il a été de 2,7 % en 1998 et il baisserait à 2,5 % en 1999, tendance qui sera maintenue en l'an 2000, selon le projet de loi des finances en discussion au parlement.

Cette tendance est justifiée par la stabilité des prix des cours de matières premières sur les marchés internationaux, et par un cours moyen du baril de pétrole de 1.5 dollars en 1999 et 16 dollars en l'an 2000. Toutefois, le risque persiste. L'augmentation des prix des produits pétroliers, outre son effet direct sur l'automobiliste, constitue un coût supplémentaire pour la production, qui sera répercuté sur les prix des ventes. Certes, la hausse est le résultat de l'augmentation des cours du pétrole sur les marchés internationaux accompagnée d'une augmentation du taux du dollar: Mais encore faut-il dire que les prix des produits pétroliers à la vente sont plus proportionnellement élevés par rapport à leurs prix réels sur les marchés internationaux. La raison en est la multitude des taxes qui alourdissent la comptabilité des entreprises.

Source: L'Opinion du 5.5.1999 27

Document n° 4

Indice du coût de la vie (moyenne annuelles) 385 articles (base 100/1989)

 

Eléments

 

1995

 

1996

 

1997

 

Variation 96/95(en %)

 

Variation 97/96(en %)

 

Indice du coût de la vie

 

134,4

 

147,7

 

194,2

 

3%

 

1%

Eléments de l'indice; (Groupes de produits)

 

 

 

 

 

 

 

Alimentation

Habillement

 

 

 

0,7

-1,1

Habitation

 

 

 

3,4

3,8

Equipements ménagers

 

 

 

7,8

1,5

Soins médicaux

 

 

 

3,6

2,6

Transports et

 

 

 

4,8

2,2

communication

 

 

 

4,1

4,3

Loisirs et culture

 

 

 

6,2

4,4

Autres biens et services

 

 

 

4,1

3,0

Source: Rapports de BANKALMAGHR/B.. /996 eT /997

4ème Travail à faire:

5) Lire l'évolution de l'indice du coût de la vie de 1995 à 1997.

6) Expliquer cette évolution.

7) Préciser l'évolution du taux d'inflation de 1998 à 2000.

8) Dire comment la hausse des prix des produits pétroliers peut-elle être à l'origine de l'inflation.

9) Comment qualifie-t-on cette cause de l'inflation.

10) Pourquoi la variation des prix pétroliers intérieurs ne suit pas proportionnellement et régulièrement celle des prix des bruts sur le marché international ?

Document n° 5

 

 

Postes

 

3e trimestre 1997

 

 

3e trimestre 1998

 

Population active urbaine (15 ans et plus)

Population active urbaine en chômage

Taux du chômage urbain

……………

785 000

16,08276 %

5089000

947 000

……….

Taux du chômage urbain selon le sexe:

-Hommes

-Femmes

 

15 %

19,4 %

 

16,5 %

25,6 %

Taux du chômage urbain selon l'âge

15-24 ans

45 ans et plus

 

28,1 %

2,9 %

 

34,3 %

2,9 %

 

Taux du chômage urbain selon le diplôme:

-sans diplôme

-niveau moyen (1)

-niveau supérieur (2)

 

9,1 %

24,3 %

25,1 %

 

10,5 %

26,8 %

29,5 %

 

(1) Certificats de l'enseignement fondamental, diplômes de qualification professionnelle;

(2) 'Baccalauréat, diplômes universitaires et de grandes écoles.

Source: Repères statistiques, Novembre 1998.. n° 27, Direction de la statistique

5ème travail à faire:

11) Calculer les valeurs qui manquent dans le tableau (Doc V). (Pour le calcul de la population active; arrondir au millier inférieur).

12) Lire l'évolution du taux du chômage urbain au Maroc.

13) Comparer l'importance de chômage pour le sexe masculin et celui féminin.

14) Dire pourquoi le chômage est plus grave pour les jeunes que pour les plus âgées.

15) Est-il normal que les diplômés soient les plus affectés par le chômage que les autres?

16) Le chômage des diplômés est en partie frictionnel. Expliquer:

Corrigé

1) Caractéristiques du marché marocain de la chocolaterie:

-faiblesse de la demande;

-concentration de la production dans les mains de 5 sociétés (environ 90 % de la production),

-grand nombre de demandeurs;

-demande cyclique;

-influence de la contrebande.

2) C'est un marché oligopolistique : le marché est dominé par un petit nombre d'offreurs face à un grand nombre de demandeurs.

3) Les prix de ces produits échappent aux divers taxes et impôts, ce qui pénalise les entreprises locales, qui subissent divers prélèvements.

4)

Situations favorables à la libre concurrence

Situations défavorables

 

Libre accès à un souk hebdomadaire de bétail

Pratique de la publicité et de la promotion

Libéralisation des prix du sucre et du thé

Oligopole de guerre

Taxes sur les prix à la consommation

Subventions des prix par l'Etat

Fixation des prix par l'O.N.E

 

Oligopole de paix.

5) La hausse des prix à la consommation a été plus importante entre 1995 et 1996 (3 %) qu'entre 1996 et 1997 (1 %).

6) Cette évolution s'explique par le fait que tous les groupes de produits ont connu une hausse moins sensible entre 1996 et 1997 que celle enregistrée entre 1995 et 1996, sauf pour le groupe habillement.

7) Ce taux, de 2,7 % en 1998, passerait à : 2,5 % en 1999 et se maintie1rait en l'an 2000.

8) La consommation du pétrole touche pratiquement aussi bien les entreprises, l'Etat que les particuliers, aussi bien en tant que consommation finale qu'intermédiaire. Ainsi, toute hausse du prix de ce produit sera vite ressentie, les producteurs et autres répercuteront cette hausse sur leurs prix de ventes.

9) Il s'agirait surtout d'une inflation par les coûts.

10) Cela est du à la taxation de ces prix par l'Etat. . Il) Les termes manquants: 4 881000 (1997) et 18,60 % (1998).

12) Ce taux a augmenté entre 1997 et 1998, passant de 16,08 à 18,60 %.

13) Le chômage est plus important chez les femmes que chez les homme!i : 19,4 contre 15 % en 1997 et 25,6 contre 16,5 % .en 1998. Les femmes sont plus exposées au chômage: peu syndiquées, peu qualifiées, etc.

14) Les jeunes sont moins expérimentés, et les diplômés d'entre eux ne trouvent pas d'emplois adaptés. En plus la population marocaine est formée dans une large mesure de jeunes.

15) Oui, les non diplômés peuvent se caser partout (travaux manuels, occasionnels etc) alors que les diplômés exigent des métiers adaptés à leurs formations;

16) Il s'agit de l'inadéquation entre la formation et le marché du travail.