Tronc commun   |  Première année |  Deuxième année

 
 


Antigone, par Madariss.

Antigone et Hémon.
  • Antigone apparaît sous un visage humain, elle doute de sa séduction. Elle se montre à la fois femme, épouse et mère.
  • Elle envisage un bonheur passionné, simple, familial , mais elle l’abandonne. Elle n’y croit pas : répétition du mot « vrai ». Elle doute aussi, craint une erreur d’Hémon et le pouvoir de séduction d’Ismène. Elle emploie le conditionnel « le petit garçon que nous aurions eu, je l’aurais défendu, l’aurais serré, il aurait eu, tu aurais eu ». Elle sait, elle, ce qui ne s’accomplira pas, elle sait son destin. Il y a décalage entre elle et Hémon.

Le personnage devient tragique : elle abandonne le projet de bonheur, elle plonge Hémon dans le malheur (didascalie : il s’éloigne). Elle se condamne par là et condamne les autres au destin qu’elle a choisi pour eux tous. Le destin ne peut que s’accomplir.

 

 

 

( D'après les travaux de Françoise Palos, L.P. Escoffier - Cagnes /mer)
 
Antigone de Jean Anouilh || La boîte à merveilles d’ Ahmed Sefrioui || Salle du régional || Le dernier jour d’un condamné de Victor Hugo