Tronc commun   |  Première année |  Deuxième année

Chapitre X, pp204,205,206. Evaluation, proposée par Mme Oussaidi Dounia .

Texte:

Le panier de Sidi El Arafi rappelait ma Boîte a Merveilles; Il connaissait Ie « secret». Bien sûr, tout Ie monde disait qu'il était très savant. Un vrai savant doit nécessairement posséder une boîte a merveilles.
Ie panier de Sidi EI Arafi rappelait ma Boite à Merveilles. II connaissait Ie « secret ". Bien sûr, tout le monde disait qu’il était très savant. Un vrai savant doit nécessairement posséder une Boite à Merveilles.
 Je comprenais maintenant. Malgré sa cécité, il était gai et de caractère paisible. II ne voyait pas Ie soleil, les fleurs et les oiseaux, mais sa nuit s’animait  parfois de la joie des personnages que chaque objet de son panier pouvait évoquer. Je tendis moi aussi la main pour toucher les menus objets. Un regard de ma mère arrêta mon geste.
Sidi EI Arafi récita a voix basse une longue prière. La main, les doigts écartés, planait sur Ie contenu du panier comme un oiseau qui s'apprête a se poser dans son nid.
II s'arrêta et s'adressant a nous il dit :
- Ne vous attendez pas à ce que je vous dévoile I 'avenir. L’avenir appartient à Dieu, I'omnipotent .Ces coquillages et ces amulettes m'aident a sentir vos peines, vous rapprochent de mon coeur. Quand je vous parlerai, c'est mon coeur que vous entendrez. Sidi Mohammed, n'est-ce pas la Ie nom de l'enfant qui vous accompagne ?
- Qui, répondit ma mère d'une voix timide.
Le voyant reprit :
- Sidi Mohammed sait que c'est vrai ce que je vous dis. Un enfant pur fait partie encore des légions angéliques, ces êtres de lumière. La vérité étant lumière ne peut lui échapper ... Approche, Sidi Mohammed, plonge ta main dans ce panier et saisis .in objet sans Ie voir.
Je suivis a la lettre ce qu'il m'ordonna de faire. '- nt boule de verre, de la grosseur d’un oeuf, se logea dans Ie creux de ma main. Elle était agréable au toucher et d'une couleur aquatique. Je la regardai avant de la lui remettre. Dans sa masse transparente brillait une grosse bulle d'air. De minuscules satellites menaient une ronde autour de cet astre.
Les doigts de Sidi El Arafi caressèrent longtemps la boule de verre. Il ne disait rien. Sa figure devint grave. Il parla enfin lentement, détachant chaque syllabe.
- Ecoute, enfant de bon augure et souviens-toi. Le diamant s'appelle, dans Ie langage des connaisseurs, l'orphelin, Ie solitaire parce qu'il est rare et qu1aucune autre pierre ne peut rivaliser avec lui en dureté et en beauté. Chaque homme peut s'appeler comme Ie diamant, l'orphelin ou Ie solitaire. Désormais, ne sois plus triste. Si les hommes t’abandonnent, regarde en dedans de toi. Me comprends-tu bien, fils? Que de merveilles, que de merveilles recèle ton coeur! Quand tu oublies de contempler tes trésors, ta santé en souffre et tu deviens débile. Regarde la boule que tu viens de me remettre. A l'intérieur de cette masse transparente, il y a l'image du soleil!. La elle est a l'abri de toute souillure, la elle est inaccessible a tout ce qui n'est pas .lumière. Sois comme cette image, tu triompheras de tous les obstacles. Dieu te bénisse, mon enfant! Dieu te bénisse ! Approche ton front de mes lèvres.
Il m'embrassa sur Ie front. Ensuite, nous récitâmes a haute voix, tous les deux, une courte prière.
L'émotion m'étranglait. Mes yeux se remplirent de larmes. Je nageais dans la pure félicitée.

Questions

  1. Situez l’extrait proposé par rapport à ce qui précède ?
  2. Dans quel genre d’écrit s’inscrit le texte ? Justifiez votre réponse.
  3. En quoi le panier de Sidi el Arafi rappelait-il la boîte à Merveilles ?
  4. «  Un vrai savant.. ;;

A. Analysez la phrase.
B. Donnez la valeur du présent.

  1. Repérez à partir du texte ce qui montre l’autorité de Lalla Zoubida envers son fils.
  2. En quelles paroles communique Sidi El Arafi ? Pourquoi ?
  3. Pourquoi le narrateur rapporte les paroles du voyant  au discours direct cit est il donc question ? Justifiez ?
  4. De quel type de récit est-il donc question ?
  5. Repérez un passage où le « je» renvoie au narrateur adulte..
  6. Transposez la phrase suivante : « Ne vous attendez pas à ce que je vous dévoile l’avenir. L’avenir appartient à Dieu, l’omnipotent. »

A. au discours indirect.
B. au  discours indirect libre.

  1. Repérez quatre indices relatifs à la prédiction.
  2. Où réside le savoir de Sidi el Arafi ?
  3. Comment expliquez vous la clôture du passage : « mes yeux se remplirent de larmes. Je nageais dans la pure félicitée. »
  4. Que constitue la visite du voyant pour Sidi Mohammed.
  5. Quel message Ahmed  Sefrioui cherche t-il à transmettre à travers ce texte ?
  6. Complétez le tableau suivant à partir du texte.

Figure de style

Phrase

Une métaphore
………… 

Une gradation

………………..
Que de merveilles, que de merveilles recèle ton cœur !
…………………….