madariss

الموقع التعليمي الأول بالمغرب

اللغة الفرنسة

Le mois qui suivit mon retour CHAPITRE V (3ème partie)

 

امتحانات

الثانية بكالوريا

الأولى بكالوريا

 

 

Le mois qui suivit mon retour, je le passai dans mon lit, en proie à un mal contracté probablement sur le lieu des fouilles et qui se traduisit par de violents accès de fièvre, semblables à ceux du paludisme. Je ne souffrais pas, mais j'avais l'esprit en feu, retournant sans cesse dans ma tête les éléments de l'effarante vérité que j'avais entrevue. Il ne faisait plus de doute pour moi qu'une ère humaine avait précédé l'âge simien sur la planète Soror et cette conviction me plongeait dans une curieuse griserie.

A bien réfléchir, pourtant, je ne sais si je dois m'enorgueillir de cette découverte ou bien en être profondément humilié. Mon amour-propre constate avec satisfaction que les singes n'ont rien inventé, qu'ils ont été de simples imitateurs. Mon humiliation tient au fait qu'une civilisation humaine ait pu être si aisément assimilée par des singes.

Comment cela a-t-il pu se produire? Mon délire tourne sans fin autour de ce problème. Certes, nous autres, civilisations, nous savons depuis longtemps que nous sommes mortelles, mais une disparition aussi totale accable l'esprit. Choc brutal? Cataclysme? Ou bien lente dégradation des uns et ascension progressive des autres? Je penche pour cette dernière hypothèse et je découvre des indices extrêmement suggestifs au sujet de cette évolution, dans la condition et dans les préoccupations actuelles des singes.

Pierre Boule, La planète des singes, chapv, 3ème partie

Compréhension et langue:

1) Situez le passage dans l'œuvre. Citez le mot ou groupe de mots qui vous a aidé à situer ce passage.
2) Quel est le type de ce texte. Justifiez.
3) " Le mois qui suivit mon retour" De quel retour, le narrateur parle-t-il?
Il vient de faire une grande découverte, laquelle? Où réside son importance?
4) Le narrateur éprouve deux sentiments contradictoires, lesquels? Pourquoi?
5) dans le dernier paragraphe, le narrateur formule plusieurs questions. Qui est son destinataire. Attend-il des réponses?
6) Quelle est donc la valeur de ces questions?
7) Laquelle de ces hypothèses privilégie-t-il? Justifiez votre réponse.
8) Mérou connaît désormais le mystère des origines de la civilisation simienne. Cette connaissance constitue-t-elle un danger ? Pour qui? Pourquoi?
9) Que représentent les mots en gras dans l'énoncé suivant:
" Ou bien lente dégradation des uns et ascension progressive des autres"
10) Relevez du texte une hyperbole.

Réponses:

1) Après avoir été reconnu comme un être humain intelligent, Ulysse Mérou est invité à participer à des fouilles archéologiques en compagnie de Cornélius le fiancé de la sympathique Zira. Il fut alors témoins d'une découverte capitale: Une poupée humaine habillée et qui parle. A son retour il y réfléchit.
L'indice qui m'aide à situer le passage" Le mois qui suivit mon retour" C'est l'unique retour de Mérou puisqu'il ne reste que son retour sur terre et il ne sera pas question d'un mois après ce retour.
2) C'est un texte argumentatif. Mérou émet plusieurs arguments, hypothèses etc.…
3) Le narrateur parle de son retour du site des fouilles archéologiques. Son voyage a été couronné par la découverte de la poupée humaine habillée et qui parle.
4) Le narrateur éprouve deux sentiments contradictoires:
La satisfaction et l'humiliation.
Il est fier de découvrir que les singes n'ont rien inventé, qu'ils sont de simples imitateurs.
Il est humilié de se rendre compte que la civilisation humaine a été si facilement assimilée par les singes.
5) Le narrateur s'adresse à lui-même. Par conséquent il n'attend pas de réponses.
6) Il s'agit d'un monologue où le narrateur se pose des questions à lui-même.
7) Il privilégie la dernière hypothèse parce qu'elle est la plus logique. D'ailleurs cette hypothèse sera confirmée par la femme anesthésiée dans son explication du changement sur la planète et la prise du pouvoir par les singes.
8) Mérou connaît désormais le mystère des origines de la civilisation simienne. Cela représente, d'une part, un danger pour lui même sachant qu'on pourrait se débarrasser de lui pour que la découverte ne soit pas divulguée, d'autre part, pour Cornélius à qui on reprocherait d'avoir emmené Mérou sur ce site qui a été à l'origine de sa grande découverte.
9) Les uns = les hommes
Les autres= les singes.
10) Le passage ne contient pas une seule hyperbole;
"J'avais l'esprit en feu"