Tronc commun   |  Première année |  Deuxième année

 

Examen régional : Académie de Rabat-Salé-Zemmour-Zair (session : Juin 2011)

ISMÈNE
Tu es déjà levée ? Je viens de ta chambre.
ANTIGONE
Oui, je suis déjà levée.
LA NOURRICE
Toutes les deux alors ! ... Toutes les deux vous allez devenir folles et vous lever avant les servantes ? Vous croyez que c'est bon d'être debout le matin à jeun, que c'est convenable pour des princesses ? Vous n'êtes seulement pas couvertes. Vous allez voir que vous allez encore me prendre mal.
ANTIGONE
Laisse-nous, nourrice. Il ne fait pas froid, je t'assure; c'est déjà l'été. Va nous faire du café. (Elle s'est assise, soudain fatiguée) Je voudrais bien un peu de café, s'il te plaît, nounou. Cela me ferait du bien.
LA NOURRICE
Ma colombe ! La tête lui tourne d'être sans rien et je suis là comme une idiote au lieu de lui donner quelque chose de chaud. Elle sort vite.
ISMÈNE
Tu es malade ?
ANTIGONE
Ce n'est rien. Un peu de fatigue. (Elle sourit) C'est parce que je me suis levée tôt.
ISMÈNE
Moi non plus, je n'ai pas dormi.
ANTIGONE, sourit encore.
Il faut que tu dormes. Tu serais moins belle demain.
ISMÈNE
Ne te moque pas.
ANTIGONE
Je ne me moque pas. Cela me rassure ce matin, que tu sois belle. Quand j'étais petite, j'étais si malheureuse, tu te souviens ? Je te barbouillais de terre, je te mettais des vers dans le cou. Une fois, je t'ai attachée à un arbre et je t'ai coupé tes cheveux, tes beaux cheveux... (Elle caresse les cheveux d'Ismène) Comme cela doit être facile de ne pas penser de bêtises avec toutes ces belles mèches lisses et bien ordonnées autour de la tête !
ISMÈNE, soudain
Pourquoi parles-tu d'autre chose ?
ANTIGONE, doucement, sans cesser de lui caresser les cheveux.
Je ne parle pas d'autre chose...
ISMÈNE
Tu sais, j'ai bien pensé, Antigone.
ANTIGONE
Oui.
ISMÈNE
J'ai bien pensé toute la nuit. Tu es folle.
ANTIGONE
Oui.
ISMÈNE
Nous ne pouvons pas.
I.      Étude de texte : (10 points)
1.      Recopie et complète le tableau suivant : (1 pt)


Nom de l’auteur

Titre de l’œuvre

Genre littéraire

 

 

 

2.      Situe le passage dans l’œuvre dont-il est extrait. (1 pt)
3.      Quel lien de parenté unit Ismène à Antigone, d’après ta connaissance de l’œuvre ? (1 pt)
4.      Mets au discours indirect : Ismène a dit à Antigone : « J'ai bien pensé à ton idée pendant toute la nuit » (1 pt)
5.      En disant : « Vous allez encore me prendre mal », la nourrice veut dire : (1 pt)
a)      Vous allez me rendre malade.
b)      Vous êtes malades, vous deux !
c)      Vous me prenez pour une malade !
d)      Vous allez tomber malades.
Recopie la réponse de ton choix.
6.      « Vrai » ou « Faux »


Informations concernant les trois personnages du texte

Vrai

Faux

a

Ismène vient voir Antigone parce que cette dernière est malade.

 

 

b

La nourrice ignore la raison pour laquelle les deux filles se sont levées avant tout le monde.

 

 

c

Antigone est fatiguée parce qu’elle vient d’accomplir son devoir seule.

 

 

d

Ismène informe Antigone qu’elle est d’accord avec elle pour agir ensemble.

 

 

7.      Relève la phrase qui correspond au jugement adressé par Ismène à Antigone, vers la fin du texte. (1 pt)
8.      Pourquoi Ismène annonce-t-elle à Antigone : « Nous ne pouvons pas. » ? (1 pt)
9.      Que penses-tu du comportement de la nourrice à l’égard des deux filles ? Justifie ton point de vue. (1 pt)
10.  Que penses-tu de la réaction d’Antigone face à la décision de son oncle, d’après la suite de la pièce ? Justifie ton point de vue. (1 pt)
II.    Production écrite : (10 points)
Sujet : Dans « la Boîte à merveilles » d’Ahmed SEFRIOUI, Sidi Mohammed n’a pas d’amis.
En ce qui te concerne, es-tu de ces jeunes qui pensent qu’il est important d’avoir des amis, ou au contraire, de ceux qui pensent qu’avoir des amis, est une source de problèmes ? Donne ton point de vue en le justifiant par des arguments de ton choix.