Retour

menu

Victor Hugo

 

 


Tronc commun   |  Première année |  Deuxième année


Le dernier jour d‘un condamné de Victor HUGO

Passage 5: (Et puis, il m'est arrivé une chose bizarre…..je me suis rassis, muet et plus désespéré de toute l'espérance que j'avais eue.) Ch.XXXII

Compréhension:

1) Situez le passage.
2) est ce que le nouveau gendarme est décrit de manière valorisante ou dévalorisante?
3) Quelle faveur le nouveau gendarme demande-t-il au narrateur ?
4) dans ce passage, il y a deux tonalités opposées, lesquelles?
5) Quelle est la figure de style employée dans cette phrase:" Je me suis rassis, muet et plus désespéré de toute l'espérance que j'avais eue." ? Que traduit-elle?
6) Qu'est ce qui a fait espérer le narrateur?
7) pourquoi le narrateur refuse-t-il la proposition du narrateur?
8) En quoi le gendarme et le narrateur se ressemblent-ils?
9) La vie a-t-elle une grande valeur pour la société, d'après ce passage?
10) Quelle est la figure de style employée dans l'énoncé suivant:" Je voyais déjà les portes s'ouvrir devant l'uniforme de gendarme"?

  Le corrigé:

1) Le narrateur, qui et le personnage principal, est transféré de la prison de Bicêtre à une cellule de la Conciergerie où il doit attendre quelques heures d'être exécuté pour avoir commis un meurtre.
2) Il est décrit de manière dévalorisante :"homme à front déprimé, des yeux de bœuf, une figure inepte." En outre, il est présenté comme un homme bête puisqu'il n'a pas deviné le vrai dessin du narrateur (le projet de fuite)
3)  Il lui demande de revenir après sa mort pour lui indiquer les numéros gagnants à la loterie.
4) Il y a une tonalité comique (le nouveau gendarme est bête et ridicule) , et une tonalité tragique (la condition du narrateur qui va être exécuté dans quelques heures)
5)  Il y a une antithèse : désespéré VS espérance. Cette antithèse traduit la situation de déchirement du narrateur ; il est tiraillé entre l'espoir et le désespoir.
6)  Ce qui a fait espérer le narrateur c'est la bêtise du gendarme et son désir de devenir riche: ces deux facteurs lui permettront de persuader le geôlier d'échapper avec lui ses habits; par conséquent, il pourra s'enfuir facilement.
7)  Il refuse parce que si le narrateur s'enfuit, il ne mourra pas. Alors, il n'y aura pas de revenant pour lui indiquer les bons numéros de la loterie.
8)  Le gendarme parie au jeu; il ne sait pas s'il va gagner ou non. Et le narrateur parie sur un espoir vague d'être sauvé.
9)  Non, la vie n'a aucune importance : le gendarme désire fermement que le criminel soit décapité afin qu'il gagne de l'argent. C'est une condamnation de la société.
10)  Il s'agit d'une métonymie.